Accueil > Musiciens > Ancien et traduction > PEPERMANS Christian

Mr

PEPERMANS Christian

Evere

Publié: mardi 8 avril 2003, par Michel Possoz

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

Nationalité : Belge

Ster : Quelle est ton activité professionnelle ?
Je suis trompette dans le corps des trompettes de la Chapelle Musicale Royale de la Force Aérienne.

Ster : Où et comment as-tu commencé à apprendre et à jouer de la musique ?
En fait, j’ai commencé auprès de notre société sœur “Ste Cecilia” par suite de leur publicité par le bouche à bouche pour leur école de musique.

Ster : Depuis quand joues-tu au sein de notre harmonie ? Comment cela a-t-il commencé ?
Au début de l’année 1979, il y a donc 30 ans, j’ai commencé à De Ster après une dispute avec la direction de l’époque de notre société sœur (ceci a été résolu depuis bien longtemps). En passant, je voudrais quand même mentionner que j’ai encore eu le privilège de jouer sous la baguette de monsieur Pierre Weemaels avant que notre dirigeant actuel, monsieur Paul Schoovaerts, ait repris la direction de l’harmonie.

Ster : Où joues-tu encore ?
Je donne régulièrement un coup de main à “V.O.S.” à Beigem, à Zaventem et à notre harmonie sœur “De Plezante Wielrijders”.

Ster : Comment te sens-tu dans notre groupe, cela diffère-t-il fort d’harmonie à harmonie ?
Pendant longtemps, je me suis senti le plus jeune fils de De Ster parmi d’autres personnes beaucoup plus âgées. Je crois savoir que la différence d’âge de dix ans entre le chef et moi-même était la plus petite. Si, trente années plus tard, j’y suis encore toujours, il ne faut rien ajouter pour prouver que je m’y sens bien. Comme je suis d’un naturel qui permet de me sentir vite à l’aise, je me sens également bien dans les harmonies avec lesquelles nous entretenons des liens d’amitié. Comme je viens de le souligner, ma facilité à fréquenter des personnes de tous les âges m’y a certainement aidé.

Ster : Quels sont tes meilleurs souvenirs à ce jour ?
Tout d’abord la qualité des musiciens et le degré de difficulté des morceaux lorsque je suis arrivé ici. Les quelques personnes qui y étaient déjà et notre chef en premier lieu seront certainement du même avis que moi que les œuvres jouées ici à l’époque étaient d’un degré de difficulté tel que, dans d’autres endroits, on ne pouvait qu’en rêver ! Les musiciens et les œuvres changent, mais cela me réjouit que De Ster ne s’est jamais affaiblie, tant en ce qui concerne la qualité de ses musiciens que le degré de difficulté des œuvres à exécuter. Ceci a permis, aussi bien dans le passé qu’aujourd’hui, à présenter des concerts très réussis. Des faits marquants ont quand même été : les concerts de fin d’année, la Grand Place, le Bozar, V.G.C. à Anderlecht et beaucoup d’autres.
Deuxièmement, et cela pourrait-il être différent ? La fameuse « 3e mi-temps ». Quel musicien de la première heure ou, mieux, de la première année 1979, ne se souvient pas des « après-répétitions » au « Communal » et au « Terminus » chez Jeanine, pas vrai, Chef, Gilbert, Pierre et Fernand ?
Dans cela, mes pensées vont également vers les musiciens et bons amis qui ne sont plus de ce monde. C’est volontairement que je ne les nomme pas, afin d’être sûr de ne pas en oublier !

Ster : Comment ressens-tu le stress du chef au cours des dernières semaines précédant un concert important ?
La tension monte à un sommet durant les dernières semaines précédant un concert important et il vaut mieux ne pas l’embêter, m’ont dit les insiders. Plusieurs fois, je pense alors à ces insiders qui doivent le supporter plus longtemps que deux heures par semaine !

Ster : Quel est ton style de musique préféré ?
Je n’ai pas de préférence particulière, tout dépend de l’ambiance dans laquelle je me trouve. Cela peut aller de la musique classique au big band en passant par les succès italiens.

Ster : Quel message voudrais-tu faire passer aux jeunes musiciens de l’orchestre ?
Je ne tiens pas trop à faire la leçon mais je crois quand même pouvoir donner un bon conseil. Allez le plus loin possible à l’académie de musique. Mieux vous lisez la musique, plus grand sera le plaisir d’en jouer, certainement dans le genre « concertband ». Il y a beaucoup de jeunes qui abandonnent parce qu’ils ne peuvent pas suivre ! ET ENCORE… Lorsque vous connaissez quelque chose ou que vous croyez le connaître, restez modestes. Sachez que, plus loin vous allez dans la musique, il peut bien y avoir, au coin de chaque rue, quelqu’un qui est meilleur que vous !
Merci beaucoup Christian pour ta fidélité envers l’orchestre (plus de 30 ans cela fait un bail…), ta sympathie et l’amitié que tu portes au Chef. Bonne route pour les 30 prochaines années.

Répondre à cet article