Accueil > Musiciens > Ancien et traduction > VELLEMANS Steven

VELLEMANS Steven

Publié: lundi 6 octobre 2014, par Gilbert Vanden Berghe

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

Age : 33 ans
Nationalité : Belge

Ster : Quelle est ton activité professionnelle ?
Je travaille comme release manager pour une entreprise américaine qui est internationalement active dans le secteur de la sécurisation des systèmes informatiques.

Ster : Où et comment as-tu commencé à apprendre et à jouer de la musique ?
J’ai commencé à l’âge de 8 ans dans mon village natal de Humbeek avec le solfège et un an plus tard avec la trompette. Les leçons étaient données par l’académie de musique de Grimbergen qui a une section locale à Grimbergen.

Ster : Pourquoi et comment as-tu choisi le tuba basse ?
Après un passage antérieur de la trompette au tuba, je suis passé, il y a environ 10 ans, à la demande du dirigeant de l’époque, Paul Schoovaerts, encore passé au tuba basse.

Ster : Joues-tu également d’un autre instrument ?
Non

Ster : Depuis combien de temps joues-tu chez nous ? Comment cela a-t-il commencé ?
Ma première prestation avec la Ster Evere était à Port-sur Saône (2012 ?). Ce qui a commencé comme renfort pour l’une ou l’autre prestation devint rapidement pour moi une répétition hebdomadaire et je devins ainsi musicien régulier auprès de la Ster Evere.

Ster : Où joues-tu encore ?
Je joue dans 4 sociétés, à savoir :

- l’Harmonie Royale Sint Cecilia à Humbeek
- le corps de musique VOS Beigem
- La Ster Evere
- L’Harmonie Royale Sint Cecilia à Machelen

Ster : Comment te sens-tu dans notre milieu, y a-t-il beaucoup de différence d’une harmonie à l’autre ?
C’est vrai que, dans chaque harmonie, l’atmosphère est un peu différente : autre dirigeant, autres musiciens, autres habitudes, autre choix musicaux, etc., mais la musique est et reste le fil rouge et c’est ce qui est le plus important pour moi. J’aime beaucoup jouer de la musique et c’est avec plaisir que je me rends aux répétitions. A la Ster, il y a une bonne ambiance et l’appréciation du comité, du dirigeant et des collègues musiciens sont tout de même des arguments décisifs et entretemps un stimulant pour être et rester actif et pour rester auprès de la Ster.

Ster : Comment réagis-tu au stress du chef durant les dernières semaines lors d’un concert important ?
A mesure que le concert approche, on ressent qu’une certaine dose de stress joue un rôle. Mais personnellement, je ne ressens pas ce stress comme un aspect négatif. Pour moi, ce n’est plutôt que quelque chose qui me met en éveil pour atteindre les meilleurs résultats.

Ster : Es-tu également nerveux lors de ce concert, ou pas plus ou pas moins que d’habitude ?
C’est Clair que je suis nerveux avant le début du concert. C’est une nervosité qui va intimement de pair avec la plus grande concentration. En même temps que la concentration forgée par la musique, cette nervosité se transforme en un sentiment de bonheur.

Ster : Quels sont tes meilleurs souvenirs à ce jour ?
Les deux week-ends de concert à Port-sur-Saône et à Paris resteront dans ma mémoire, aussi par les activités annexes qui étaient très amusantes et ont créé une bonne relation avec les autres musiciens.

Ster : Quel genre de musique préfères-tu écouter ou jouer ?
Je n’ai pas de préférence particulière, une musique m’enjôle, et pas l’inverse.

Ster : As-tu d’autres hobbies ?
J’aime bien passer mon temps libre avec mon chien, un doberman, que j’ai moi-même changé de chiot têtu en chien de compagnie obéissant et fidèle.

Ster : Quel message voudrais-tu transmettre aux musiciens de l’orchestre ?
Les sensations en jouant de la musique sont uniques. J’espère que, ensemble, nous pourrons encore relever des nombreux challenges musicaux.

Merci Steven d’être venu rejoindre nos pupitres.
Ta gentillesse, ta discrétion, ton beau sourire sans oublier tes talents musicaux font de toi quelqu’un dont nous ne savons plus nous passer.
Tu fait partie intégrale de la famille de “DESTER”.

Répondre à cet article