Accueil > Musiciens > De SMEDT Ludo

Mr

De SMEDT Ludo

Meise

Publié: jeudi 5 mars 2009, par ludodesmedt

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

Âge :54 ans

Nationalité : Belge

Ster : Quelle est ton activité professionnelle ?

Je suis ingénieur industriel en Travaux Publics. En tant que civil, j’ai travaillé de 1978 à septembre 1992 pour le Ministère de la Défense Nationale. D’abord j’ai participé à l’installation de l’armée américaine en Belgique, projets à Grobbendonk, Zutendaal, Florennes et d’autres localisations. Par après j’ai été comme seul civil, ensemble avec mon responsable militaire direct, responsable pour la construction de nouvelles infrastructures (tours, locaux techniques et bunkers) pour le tout nouveau réseau de télécommunications de l’armée.
Depuis septembre 1992 je suis actif auprès de la société de collaboration intercommunale Haviland en tant que coordonnateur de projets. Notre secteur d’activités est l’arrondissement de Halle Vilvorde. Ma fonction est de parachever les divers projets ou lotissements dans la limite de temps et de finances impartis, de sorte qu’un nouveau projet peut être vendu sous les conditions sociales. Actuellement, je m’occupe de projets en réalisation à Overijse, Strombeek et Zemst.

Ster : Où et comment as-tu commencé d’apprendre la musique et d’en jouer ?

Mes parents et mes grand-parents étaient membres de VOS Beigem. Au sein de la fanfare je suis le seul de la famille qui a été formé à partir de ma neuvième année en solfège et instrument. (le BUGLE). Pour m’encourager, j’ai reçu un instrument de mon oncle.

Ster : Pourquoi et comment as tu choisi le trombone ?

Parce qu’il n’y avait pas de trombone dans notre fanfare, j’ai commencé avec un trombone en SiB avec des pistons. Pour cela, j’ai dû apprendre la clef de fa. Lors du remplacement de notre dirigeant de l’époque par un professionnel, il m’a conseillé de passer à un trombone à coulisse en ut. Après quelques leçons chez un collègue tromboniste je suis arrivé en étudiant moi-même à mon niveau actuel.

Ster : Joues-tu également d’un autre instrument ?

Après l’apprentissage du bugle j’ai également joué du baryton pendant quelques années.

Ster : Tu as un fils. Joue-t-il également de la musique ?

Mon fils Tom a suivi l’école de musique à l’Académie de musique de Meise. Il a choisi le bugle comme instrument. Etant donné que le professeur de solfège était également dirigeant de la chorale locale, il était donné beaucoup d’importance au chant, pour lui, trop d’importance. De fait, il ne sait pas chanter. Son professeur de cuivres, Joost De Ryckere, était très content de lui. Mais voilà, cela ne marchait pas. C’est pour cela qu’il est allé vers le football.

Ster : Cela ne t’attriste-t-il pas qu’il ne joue pas de la musique avec toi ?

Cela m’aurait fait plaisir qu’il joue ensemble avec moi mais, bon, c’est sa vie. Entre temps il a aussi terminé ses études universitaires et il travaille comme ingénieur industriel en électromécanique, spécialisation automatisation.
Depuis plusieurs années il habite avec son amie. En février 2009 ils attendent leur premier bébé, mon premier petit enfant.

Ster : Depuis combien d’années joues-tu chez nous et comment cela a-t-il commencé ?

Je ne sais pas exactement depuis combien d’années je joue à la Ster. Je pense que c’est depuis 2002. J’ai l’impression qu’il y a des siècles, ce qui veut dire que je m’y plais. Gérard VANRAES (tuba) m’a incité d’abord à venir jouer à Humbeek et, par après, avec Gérard et Paul, la Ster s’y est ajoutée.

Ster : Où joues-tu encore ?

Pour le moment je joue à Beigem, dans ma société-mère VOS Beigem, où, en plus d’être musicien, je suis secrétaire depuis des années.
En plus, je joue encore à la KHSC à Humbeek et à la “Ster” à Evere.
Ster : Comment te sens-tu parmi nous, cela diffère-t-il fort d’une Harmonie à l’autre ?
A la « Ster » je me sens très bien. On peut encore y rire mais, quand cela doit être sérieux, c’est possible aussi. Pour la plupart, cela reste un hobby. Cela signifie que cela doit rester agréable et amusant mais avec l’idée d’atteindre un certain niveau musical.
Je regrette fortement que mon voisin, Laurent, a tout laissé en plan, en espérant que ce soit temporaire, mais pour des raisons personnelles bien compréhensibles. Mais entre temps, Gérard est de nouveau à son poste et il y a encore des trombones (Denis et Richard) qui ont rejoint le groupe.

Ster : Lorsque les lecteurs prendront connaissance de cet article, le concert de fin d’année sera derrière nous. Comment ressens-tu le stress du chef durant les semaines qui le précèdent ?

Je connais Paul, notre dirigeant, depuis quelques années déjà. Je trouve que Paul ne dégage pas tellement de stress durant les répétitions, ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas lui-même stressé. Par le fait qu’il est retourné à l’école de musique « pour apprendre à diriger » ceci s’est peut-être amélioré.

Ster : Es-tu également nerveux lors de ce concert ou ne l’es tu pas plus ou pas moins qu’autrement ?

Un certain stress doit, selon moi, toujours être présent. C’est à Beigem que mon stress est le plus grand car je me charge de beaucoup de tâches dans l’organisation de l’activité. A Humbeek et à Evere je me limite la plupart du temps à jouer de la musique, ce qui est une toute autre approche.

Ster : Quels sont tes meilleurs souvenirs jusqu’à aujourd’hui ?

Mes meilleurs souvenirs sont les concerts au Palais des Beaux Arts et à la Grand Place de Bruxelles.

Ster : Quel est le style de musique que tu écoutes ou joues de préférence ?

J’aime tous les styles.

Ster : Quel message voudrais-tu transmettre aux jeunes musiciens de l’orchestre ?

Assistez régulièrement aux répétitions. C’est utile pour vous-mêmes et pour le groupe.
Personnellement, vous devenez beaucoup plus fort et vous améliorez votre confiance en vous-mêmes.
C’est aussi intéressant pour le groupe : cela permet au chef de ne plus devoir, avant un concert, faire des remarques sur l’exécution d’ensemble.

Répondre à cet article