Accueil > Musiciens > DEBOECK Alain

Mr

DEBOECK Alain

Publié: jeudi 23 juin 2011, par Alain Deboeck

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

Age : 53 ans
Nationalité : Belge

Ster : Où et quand as-tu appris la musique ?
Pendant mes études secondaires (1972-1977), il y avait un cours imposé (solfège et flûte à bec). Le professeur s’appellait REMY (cela ne s’invente pas). J’ai adoré, je jouais tout d’oreille. J’aurais voulu continuer à l’académie à l’époque mais j’ai opté pour le football à Grimbergen et ensuite au RSC Anderlecht (le Chef appréciera) .

Ster : Comment as-tu choisi la trompette et quel est ton parcours depuis que tu en joues ?
Je voulais jouer de la flûte à bec et je me suis inscrit à l’académie de Forest en 1991. Il n’y avait de place pour le cours d’instrument et j’ai donc commencé le solfège ( que l’on appellait déjà « formation musicale »). Après un an, le directeur de l’académie (Jacques van Herentals) est venu dans la classe de solfège pour nous annoncer qu’un cours de trompette se libérait.Je me suis dit : « Qu’est-ce que je risque ? ». Je me souviendrai toute ma vie de ma première rencontre avec le professeur de cuivres (René Rombaux – musique des Guides s’il vous plaît) qui me demandait ce que j’aimais comme musique. Je lui ai répondu Miles Davis, Dizzy Gillespie, Arturo Sandoval. Il m’a répondu : »Cela tombe bien, on va commencer avec Arban, Bach et Haendel si cela ne vout dérange pas trop (!). René a été un professeur extraordinaire. J’ai eu mon prix en 2000, soit à
41 ans.

Ster : Tu es marié, as-tu des enfants ou ton épouse qui jouent de la musique ?ou bien de la famille dans le monde de la musique ?
Mon épouse est plutôt littérature et arts graphiques, bien qu’un certain penchant pour la clarinette ne soit pas à exclure. Ma fille Emilie termine ses études supérieures et a un parcours musical en flûte traversière. J’ai un grand oncle par alliance (Auguste De Boeck) qui est un violoniste et compositeur belge célèbre. Il a sa rue à Evere. Peut-être le saut des générations ? (je plaisante)

Ster : La musique a-t-elle une grande place dans ta vie ?
Oui. Le mercredi soir est sacré. Bouffée d’oxygène indispensable. La musique à plusieurs est un moment rare. A encourager
Ster : Quel métier exerces-tu ?
Je suis commercial dans une multinationale informatique, responsable pour les services au niveau Belgique et Luxembourg.

Ster : As-tu d’autres hobbies ?
Balades à pied ou à moto avec mon épouse. Natation aussi.

Ster : Depuis combien de temps es-tu parmi nous et comment es-tu arrivé chez nous ?
Mars 2010. Je connaissais le Ster car j’avais entretemps pris des cours de trompette jazz à l’académie d’Evere (Michel Paré) et je connaissais Patrick (Rousseau – trompette au Ster). Je me suis présenté à une répétition et j’ai été vraiment très bien accueilli.

Ster : Comment as-tu vécu tes premiers concerts ?

Après deux répétitions, concert pour les pensionnés au centre sportif. Stress total. Lecture à vue. Je remercie chaleureusement Jan (De Coninck) pour son support pendant le concert . J’ai également rencontré Pierrot (première trompette) qui est devenu mon guide par la suite. La musique reste donc une aventure humaine avant tout.

Ster : Comment te sens-tu parmi nous ?
Très bien. J’essaye de me rendre utile également dans l’intérêt de tous. Mon côté boy scout sans doute...

Ster : Y en a-t-il un ou plusieurs qui te restent ou te resteront plus particulièrement en mémoire ?
Concert de fin d’année. Apothéose. La cerise sur le gâteau. On oublie les temps difficiles et on savoure. Grand moment.

Ster : Le week à Port sur Saône a-t-il changé quelque chose entre les musiciens ?
Oui. Le programme était sans faille. Le public français était debout. On a (re)trouvé une solidarité parmi les musiciens.Je n’oublierai jamais ce moment-là. Mais n’oublions pas que tout cela ne serait pas possible sans l’implication du comité qui se dévoue corps et âmes. Merci à eux/elles tou(te)s.

Ster : Comment vis-tu le stress du Chef de musique avant un concert important ?
Notre chef est perfectionniste. On ne va pas lui en vouloir ! Cela génère un stress chez les musiciens car tout le monde veut être à la hauteur. Le secret réside dans le fait qu’il faut rester conscient des capacités de chaque musicien et d’élaborer le programme en fonction. Pas évident tous les jours.

Ster : Quel message voudrais-tu transmettre aux musiciens de l’orchestre jeunes et moins jeunes ou au chef d’orchestre ?
Je dirais aux jeunes de profiter de cette formidable expérience de faire du pupitre. J’aurais voulu le faire plus tôt. C’est dire ..Les concerts avec l’académie d’Evere éveilleront peut-être des vocations.

Pour le chef : pour parodier une pub célèbre : « Paul Schoovaerts ? What else ? »

Merci Alain d’être venu rejoindre le pupitre des trompettes, tu es un musicien exemplaire, assidu et c’est vrai, côté Boy scout, toujours prêt à nous aider et surtout le mercredi afin de ranger les pupitres et tout le matériel.
Grand merci pour ton amitié partagée avec tes collègues musiciens, avant, pendant et après…

Répondre à cet article