Accueil > Musiciens > VINCENT Stéphanie

Mlle

VINCENT Stéphanie

Woluwe Saint Lambert

Publié: vendredi 6 mars 2009, par Stéphanie Vincent

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

Autres informations

Ster : Où et quand as-tu appris la musique ? Comment as-tu choisi la flûte traversière ?
J’ai commencé la musique vers 6 ans dans le nord de la France. Après une année de solfège, on a eu un spectacle de fin d’année avec l’école de musique, et c’est là que j’ai décidé de faire de la flûte. Vers 13 ans, j’ai commencé à jouer dans l’harmonie de ma ville, et c’est tout de suite ce que j’ai préféré, on jouait des choses variées, avec des musiciens de tous âges et tous niveaux, dans une ambiance très sympa.

Ster : Tes parents jouent-ils également de la musique ou as-tu des frères ou sœurs qui jouent d’un instrument ?
Il y a pas mal de musiciens dans la famille, mon père joue du piano et mes deux frères de la batterie et percussion (c’est les voisins qui étaient contents !!). A chaque fête familiale, on essaie de jouer quelque chose, avec aussi mon grand-père qui fait de l’harmonica, mon oncle de la guitare, un cousin de l’accordéon et deux cousines de la flûte…

Ster : La musique a-t-elle une grande place dans ta vie ?
Ça a été par intermittence. Je suis partie à 16 ans de la maison pour les études, et je ne jouais plus que les We. Puis j’ai poursuivi mes études en école d’ingénieur à Toulouse et je n’ai plus joué du tout pendant 2 ans. Ensuite, j’ai fait une année en Floride et là je jouais de temps en temps avec ma colocataire américaine. A Paris, après un creux de deux ans sans savoir trop où jouer, j’ai trouvé l’harmonie de Vincennes, où je suis restée 2 ans avant de venir travailler en Belgique. Là encore, j’ai délaissé un peu la musique après mon déménagement, avant de trouver De Ster !

Ster : Quel métier exerces-tu ?
Je suis ingénieur, je travaille pour Eurocontrol, une agence européenne pour la sécurité du transport aérien. On ne dirait pas comme ça, mais il y a des embouteillages dans le ciel. Mon boulot, c’est de fluidifier le trafic au niveau européen, réussir à faire passer plus d’avions sans remettre en question la sécurité. Pour cela, je négocie avec les différents pays pour l’ouverture de nouvelles routes, l’embauche de nouveaux contrôleurs aériens, la mise en place de nouveaux systèmes etc.… Chaque année, je voyage dans une vingtaine de pays européens.

Ster : cela suscite beaucoup de voyages au travers d’autres pays, n’est ce pas dérangeant ?
C’est sûr que quand le réveil sonne à 5h pour prendre l’avion pour une réunion à l’autre bout de l’Europe, et que je rentre à 23h chez moi de la journée de boulot, ce n’est pas toujours facile. Mais d’un autre côté, j’adore travailler avec des gens de tous les pays, avoir le même objectif mais mener la réunion de manière totalement différente en Grèce ou en Allemagne…

Ster : As-tu d’autres hobbies ?
Je joue au badminton, j’apprends l’espagnol, et j’aime beaucoup voyager pour les vacances ou des WE chez des amis. J’aime découvrir des pays, sac sur le dos et programme à définir au jour le jour, c’est toujours inattendu, plein de surprises, bonnes ou mauvaises, mais ça dépayse !

Ster : Depuis combien de temps es-tu parmi nous et comment es-tu arrivée chez nous ? Tu fais partie des jeunes du groupe comment te sens-tu parmi nous ?
Cela fait maintenant un peu plus d’un an que je suis arrivée à De Ster. J’ai trouvé par hasard un lien sur internet quand je cherchais une harmonie où jouer à Bruxelles. L’ambiance m’a tout de suite plu, et j’ai retrouvé ma flûte avec plaisir. Je retrouve tout ce que j’ai toujours aimé dans une harmonie, et je m’y sens bien.

Ster : Comment as-tu vécu tes premiers concerts ?
C’est toujours sympa après avoir travaillé les morceaux aux répètes de pouvoir donner des concerts et de faire plaisir aux gens. J’aime beaucoup les concerts où l’orchestre joue, et un peu moins quand on accompagne un chanteur ou une chanteuse.

Ster : Y en a-t-il un ou plusieurs qui te restent ou te resteront plus particulièrement en mémoire ?
Je crois que je les ai tous aimés, même si c’est à chaque fois un peu différent. J’aime beaucoup le fait que ce soit varié dans les lieux et les ambiances.

Ster : Quel message voudrais-tu transmettre aux musiciens de l’orchestre jeunes et moins jeunes ou au chef d’orchestre ?
Merci à tous pour votre accueil et votre bonne humeur le mercredi soir, ça donne la pêche !

Nous te remercions également d’être venue te joindre à nous, ta sympathie, ton sourire, ta gaieté, ton savoir donnent un souffle de fraîcheur à l’orchestre.

Répondre à cet article