Accueil > Musiciens > Ancien et traduction > PATERNOSTER Michel

Mr

PATERNOSTER Michel

Woluwe St Lambert

Publié: mardi 8 avril 2003, par Michel Possoz

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

Age : 67 ans

Nationalité : Belge

Ster : Quelle est ton activité professionnelle ?

Michel : pensionné.

Ster : Où et quand commenças-tu à jouer de la musique ?

Michel : en 1949 à « l’Union des Fanfares » Jette. Etudes avec Monsieur Frans Beeckmans.
Pupitre en 1952

Ster : Pourquoi avoir choisi le cor ?

Michel : pour dépanner l’Harmonie de la Caisse d’épargne, ils avaient l’instrument mais pas de musicien.

Ster : Joues-tu également d’un autre instrument ?

Michel : j’ai joué le bugle, le cornet à pistons et le baryton, mais vus mes opérations de cœur, je m’en suis tenu au cor alto.

Ster : N’as-tu jamais envisagé de devenir musicien professionnel ?

Michel : non, ça ne me tentait pas.

Ster : Depuis quand joues tu chez nous, et comment es-tu arrivé chez nous ?

Michel : depuis le 15 novembre 2000, et ceci à cause d’un match de football.
J’ai contacté Michel Possoz, il est venu me chercher et j’étais dans le bain, je regrette seulement de ne pas être venu plus tôt.

Ster : Joues-tu également dans d’autres groupes ?

Michel : oui à l’Harmonie « Ste Cécile » d’Evere

Ster : Quel style de musique écoutes-tu ou joues-tu de préférence ?

Michel : la musique douce, genre Michel Sardou, Céline Dion, Boy Georges…

Ster : Quels sont les concerts qui te resteront parmi tes meilleurs souvenirs ?

Michel : en premier lieu, les Beaux Arts, la Grand Place, les concerts de fin d’année, les concerts pour les pensionnés, en un mot toutes les prestations musicales.

Ster : As- tu des enfants ? Ont-ils suivis les traces de leur père ?

Michel : j’ai deux fils mais aucun ne joue d’un instrument.

Ster : As-tu d’autres hobbys ?

Michel : oui, la pétanque.

Ster : Quel message voudrais-tu passer aux jeunes musiciens de l’orchestre ?

Michel : tout simplement qu’ils continuent à faire de la musique et surtout à l’harmonie « DE STER » parce que pour trouver un chef de musique de la trempe de Paul, il faut se lever tôt.

Nous te remercions de tout cœur (« cor solo » comme t’appelle le chef), car malgré tes problèmes de santé tu es là chaque semaine. Ton dévouement vis-à-vis de l’orchestre, ta gentillesse sont un exemple à suivre pour nos jeunes musiciens.

Répondre à cet article